Mes lectures féministes du mois de septembre : Respect

lectures féministes de septembre

C’est la rentrée et avec elle un nouveau cycle commence. Du coup, pour mes lectures féministes du mois de septembre je vous propose de la réflexion, du respect, de la bienveillance et de l’écoute.

Une journaliste, une dramaturge et une dessinatrice dans mon top 3 de mon mois préféré (parce que c’est la fin de l’été et le début de l’automne, parce que j’adore manger des châtaignes et fêter mon anniversaire).

Beauté fatale de Monna Chollet :

Beauté fatale

Monna Chollet est une journaliste, elle a écrit cet essai en 2012 afin de faire prendre conscience aux femmes et aux hommes que la presse féminine, les publicités, les blogs, les séries, bref les médias et la société qui nous entourent favorisent la « tyrannie du look ».

Quelle femme n’a jamais eu peur de se peser et lire des kilos en trop ? Quelle jeune fille n’a jamais eu peur du regard des autres en maillot de bain ou juste de se regarder dans un miroir nue ? Quelle petite fille n’a pas entendu « les poupées c’est pour les filles ! » dans la bouche d’un adulte ? Nous avons toutes des exemples personnels qui font trembler notre confiance en nous, des moments de vie qui nous ont fait nous détester physiquement.

Monna Chollet explique le contrôle sur les corps féminins, le fait de devoir plaire et de se taire etc. Elle est dure et son avis est tranché, c’est d’ailleurs ce qui rend l’essai encore plus puissant. Nombreuses sont les références fournies dans cet ouvrage que ce soit dans la pop culture dans la littérature ou la philosophie. La journaliste condamne l’aliénation féminine mais entrouvre la porte afin que nous les femmes, nous revendiquons et nous approprions nos corps, nos envies, nos beautés.

« Non, décidément, il n’y a pas de mal à vouloir être belle ». Mais il serait temps de reconnaître qu’il n’y a aucun mal non plus à vouloir être.

Monologues du Vagin d’Eve Ensler :

Monologues du vagin

J’ai offert ce livre et des billets pour aller voir la pièce de théâtre (puisque c’est de cela qu’il s’agit) à ma mère en 2001. J’avais 16 ans et j’avais compris que ce phénomène allait libérer ma mère. Je n’ai lu ce livre qu’en 2018. Entre temps, j’ai eu l’occasion de reproduire des schémas bien ancrés à base de repassage de slips de mon mec et d’attendre le prince charmant qui me réveillera (de quoi ? Je ne sais toujours pas).

Bref, j’ai lu les « Monologues du Vagin » et c’est clairement une pièce révolutionnaire à l’époque de sa sortie en 1996 jusqu’à aujourd’hui. Eve Ensler fait parler les femmes de tout mais surtout de leurs vagins. Ce sont des monologues si puissants qu’ils vous font dresser les poils sur les bras.

La pièce a connu un franc succès à Broadway, elle est jouée dans plus de 130 pays. En France depuis 2000 elle n’a jamais cessé d’être interprétée. C’est devenue une oeuvre symbolique du féminisme.

« Je crois que les lecteurs ressortiront de ces pages non seulement plus libres vis-à-vis d’eux-mêmes – et des autres – mais aussi mieux armés pour concevoir des alternatives à la vieille dichotomie patriarcale féminin-masculin, corps-âme, sexuel-spirituel. »

Un autre regard d’Emma :

Un autre regard

La bd « Un autre regard » d’Emma permet de voir les choses autrement (comme le dit si bien le titre). Emma, c’est cette dessinatrice qui a démocratisée le terme de « la charge mentale » et qui a permis à de nombreuses femmes et de nombreux hommes de comprendre ce schéma et d’en sortir.

Dans le tome 1 d’Un autre regard (sorti en 2017), Emma partage des histoires du quotidien. Que ce soit son retour au travail après avoir accouchée et les propos déplacés de ses collègues à ce sujet, en passant par les violences gynécologiques ou encore la mort d’Adama Traoré… Elle nous ouvre les yeux sur nos certitudes, nos clichés, nos jugements pour nous amener à réfléchir. Elle remet en question des choses établies et ouvre la voie à ce fameux proverbe : tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler.

Nous avons tous une façon de penser mais avant d’imposer sa vérité, prenons le temps ensemble de réfléchir et d’avancer.

C’est « une autre façon de voir notre monde pour aboutir collectivement à une autre façon de le faire tourner ».

Un autre regard

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :